dimanche 20 décembre 2015

Être premier (réponse à un courrier)

L'un des commentaires à mon billet « Être premier » est assez long, et m'a été adressé par mail. Avec l'accord d'Irène, sa rédactrice, je le reproduis ici en tentant d'y répondre de mon mieux.
Bon, tu as dit que tu voulais des commentaires, donc voici ce que m'a inspiré la lecture du billet...

Je précise tout de même que je n'y connais rien à tout cela, mais je ne vois pas en quoi ça m'empêcherait d'avoir un avis! ;)

Et que somme toute, et spontanément parlant je me sens assez proche du relativisme évolutionnaire, d'ailleurs ça m'a beaucoup intéressée de lire ta présentation de Lévi-Strauss, car j'ai retrouvé plein de choses que j'avais déjà essayé péniblement de formuler mais en y arrivant nettement mois bien. Et je pense que bientôt, quand j'aurai le temps, j'irai lire du Lévi-Strauss, aussi pour voir si ta retranscription est vraiment fidèle...
  1. Tu dis que les sociétés sans État précèdent les sociétés avec État. OK mais est-ce que pour autant toute société qui n'a pas encore d’État est vouée à avoir un État un jour ? C'est la question de la critique de l'évolutionnisme : dans quelle mesure peut-on dire qu'un n'y a qu'un chemin que suivent toutes les sociétés, mais qu'elles le parcourent plus ou moins rapidement? Et quand bien même on constate que sur certains aspects de la vie sociale il y a eu un seul chemin (mais là encore je ne suis pas assez calée pour donner un exemple concret) est-ce que parler d'évolution/de développement ne masque pas certaines autres réalités, questions et réponses? C'est-à-dire que si l'on considère que le développement des sociétés humaines est le résultat de quelque chose d'inévitable, est-ce qu'on ne s'empêche pas de se demander pourquoi il y a uniformité sur une question? En gros est-ce que parce que ça c'est produit partout c'était pour autant inévitable (tu dis toi même que certaines ont été éliminées ou obligées de passer à l’État) ? Est-ce que ce n'est pas le travail des sciences sociales et historiques de revenir sur les conditions de possibilité des transformations sociales, et pourquoi certaines transformations se sont imposées au détriment d'autres?

vendredi 4 décembre 2015

L'Origine de la famille... réimprimée

Les éditions Le temps des cerises viennent de réimprimer l'ouvrage de F. Engels L'Origine de la famille, de la propriété et de l'État, que j'ai eu le plaisir de préfacer et qui était épuisé depuis quelques mois.

Le livre est donc à nouveau disponible : qu'on se le dise !