vendredi 26 juin 2015

Mon article dans Actuel Marx disponible en ligne

Mon article « Certains étaient-ils plus égaux que d'autres ? Formes de domination sous le communisme primitif », paru dans Actuel Marx n°57, dont j'avais donné un extrait dans ce billet, est désormais intégralement disponible en ligne.

On peut le consulter en version html ou en version pdf... en attendant la suite, qui paraîtra à l'automne et qui traitera de la question de l'exploitation.

mercredi 24 juin 2015

Une contribution dans L'Humanité, à propos de la famille

Suite à ma participation au colloque « Famille : le retour d'une question politique », organisé le 12 juin par la Fondation Gabriel Péri, le quotidien L'Humanité m'a demandé de rédiger un texte paru ce jour.

Les interventions au colloque ayant été filmées, elles devraient être prochainement visibles en ligne.

lundi 22 juin 2015

Visiter virtuellement la grotte Chauvet

Ayant programmé une prochaine visite (en bonne compagnie) à la grotte Chauvet, j'ai fouiné le net à la recherche de documentation et suis tombé sur cette extraordinaire réalisation.

Je n'ai pas eu le temps d'explorer en détail toutes les rubriques, mais j'ai été littéralement bluffé par les photos en très haute définition, sur lesquelles on peut zoomer à loisir. La visite virtuelle, elle aussi, est impressionnante. Un grand coup de chapeau aux concepteurs-réalisateurs du site !

Au passage, le Ministère de la Culture – puisque c'est lui qui a piloté ce projet – propose en matière d'archéologie d'autres sites web tout aussi alléchants, dont celui consacré à la grotte de Lascaux, avec là encore, notamment, une visite virtuelle très réussie.

vendredi 5 juin 2015

Le « matriarcat » Khasi

« Anisha à la fenêtre » (Karolin Klüppel, 2014)
Un lecteur et ami me signale un reportage du New York Times faisant état de villages indiens dirigés par les femmes. Cela se passe chez les Khasi, une population vivant à l'est du pays, dans ce territoire situé non loin du pied de l'Himalaya, au nord du Bengladesh. Je n'ai aucune information sur l'état actuel de ces sociétés et sur les éventuels bouleversements qu'y a amené un contact de longue date avec des sociétés plus développées. En revanche, contre la qualification imprudente et hâtive de la société traditionnelle Khasi comme matriarcat, je reproduis ici ce que j'en écrivais dans mon Communisme primitif (p. 102) :
Parmi les autres exemples de matriarcats fréquemment cités, on trouve les Khasi du Nord-Est de l’Inde, une autre société matrilinéaire et matrilocale où, en plus de l’appartenance clanique, les femmes se transmettaient donc de mère en fille la maison, les bijoux et les biens immobiliers. Dans certains villages, la fonction de grand prêtre était même détenue par une femme et transmise dans son clan. Tout cela n’empêchait pas les hommes d’exercer une autorité qui, si elle n’était pas absolue, restait indiscutable :

« Dans le ménage, bien que la femme soit propriétaire, c’est son frère aîné qui règne et, lorsque le mari, après la résidence matrilocale du début, s’établit pour son compte, c’est lui le maître incontesté. En outre, le droit coutumier reconnaît au mari la possibilité de tuer la femme adultère surprise en flagrant délit. La souveraineté politique se transmet en ligne féminine, mais d’un homme à l’autre ; c’est seulement en l’absence d’héritiers mâles que la femme est appelée à succéder ; dans la suite elle passe sa charge à son fils et non à sa fille. » [Robert Lowie, Traité de sociologie primitive]

On pourra remarquer que la matrilocalité des Khasi est assez relative, puisqu’elle n’est que temporaire. Mais si ce témoignage indique que la résidence a effectivement des conséquences sur l’identité de l’individu qui exerce l’autorité domestique, il confirme également qu’elle n’en a aucune sur son sexe : frère ou mari, il s’agit toujours d’un homme.

mercredi 3 juin 2015

Une lettre à propos de questions de méthode

Je reçois un courrier qui pose d'intéressantes questions de méthode, et auquel je réponds ici avec l'accord de son auteur :
Cher Christophe,
Ayant découvert récemment votre blog par le biais d'un camarade, je me suis plongé dans quelques articles avant de m'attaquer à votre brochure sur l'histoire de la domination masculine.

Deux questions me titillent que je ne saurais résoudre seul n'ayant que peu de connaissances dans ces domaines. Peut être pourriez-vous m'indiquez des pistes de compréhension et/ou de lecture.

1- considérant le peu de sources matérielles, comment parvient on à conclure dans une société donnée que la chasse était une activité exclusivement masculine ainsi que le maniement des armes ?

2- vous écrivez que nous ne connaissons pas de sociétés pré-capitalistes où les femmes auraient tentées de s'organiser collectivement pour obtenir des droits identiques aux hommes. Or, compte tenu de l'absence de sources matérielles ou de l'emprise des hommes sur la parole et la représentation vers l'extérieur, pourrait-on imaginer que le souvenir de ces tentatives, par exemple, aient été méthodiquement étouffé ?

Cela dit, j'en profite pour vous remercier pour la rigueur de vos travaux et votre style, à la fois pédagogue et ludique (par moments), qui me permet de replonger avec bonheur dans ces disciplines souvent dures d'accès.

Au plaisir de vous lire,

Benjamin